vendredi 14 décembre 2007

Fumer comme un pompier

Après le chien, le deuxième meilleur ami du Parisien est la cigarette. Un épais rideau de fumée envahit généralement bars, maisons et autres airs de la capitale. Impossible de sortir le soir et rentrer chez soi sans la désagréable sensation d’être un roquefort ambulant, pleinement conscient de sa propre puanteur.

Le fait que le prix d’un paquet soit récemment passé à près de cinq euros, soit le prix d’un menu chez le chinois du coin, n’a pas l’air de freiner beaucoup les habitants de la ville lumière. La différence est que désormais nombreux sont ceux qui trimballent leurs kits philosophiquement punks, du genre “do it yourself”, composés d’un paquet de tabac et de feuilles à rouler, exhibant partout leurs cônes faits maison.

Parfois l’un d’eux s’inquiète.

- Ça te dérange si je fume ?

La question est uniquement rhétorique parce que même si tu dis « oui » les 236 autres fumeurs n’en n’ont rien à cirer de ta rhinite allergique. Et encore moins du fait que la fumée se dirige directement vers ton sandwich au saumon qui gagne automatiquement l’adjectif de « fumé ».

Sauf que ceci devrait changer dès le 1er janvier, date d’entrée en vigueur de la loi qui interdit de fumer dans les lieux publics.

Griller une blonde au resto ? Fini.

S’en allumer une en boîte ? Que néni.

Théoriquement ce ne sera plus possible. Théoriquement, puisqu’ils essaient déjà de trouver un moyen de contourner l’interdiction. Maintenant celui qui n’arrive pas à abandonner la clope devra s’inscrire, à grands frais, à une sorte de club privé. Il s’agit en fait d’une partie du bar ou du resto réservée aux amateurs de fumée. C’est peut-être une question naïve, mais payer pour entrer dans un fumoir ? Remarque, je connais bien des gens qui paient pour prendre des cours d’aérobique, ce qui, en termes de bizarrice ne me semble pas très différent.

Le fait est que toute cette histoire soulève une question qui me trotte dans la tête depuis quelques temps : les français fument-ils autant parce qu’ils ont la bouche en cul de poule ou ont-ils la bouche en cul de poule parce qu’ils fument autant ?

3 commentaires:

Anonyme a dit…

coucou chacha!

greg a dit…

je sens que c'est le début d'une longue série qui va profondément me déplaire...
et d'un profond à peu prêt aussi intense que la vision qu'on a quand on voit la glotte au fond de la bouche que les brésiliens ouvrent en se desaxant la machoire environ tous les deux syllabes

besos avec la bouche en bikinio

Anonyme a dit…

T'inquiete pas Greg. La série est dejà fini!

Bisous avec la bouche ouverte.

Chéri.